mercredi 28 juillet 2010

Professionnalisme

Bon, ben voilà, le retour de vacances et la reprise de contact avec le boulot sont des événements propices à la réflexion.

Donc la lumière m'est apparue, et j'ai enfin trouvé LA SOLUTION pour être un bon médecin. Enfin, en fait plusieurs solutions me sont apparues, et je vais faire une demande officielle pour qu'elles soient inclues dans les programmes d'enseignement des facultés de médecine. Chaque année, tiens. D'ailleurs peut-être même qu'il serait possible d'en tirer quelques aphorismes à placarder au-dessus des tableaux noirs.

Bref, jeune padawan, je m'adresse à toi, voili, voilà les points essentiels qui différencient le bon médecin du mauvais médecin :

1. L'hydratation
Parce qu'en ces périodes de canicule, tout le monde pense à proposer aux petites mamies de boire une demi gorgée toutes les 10 min, ou à défaut d'avaler quelques bouchées d'eau gélifiée, si possible sans vomir tellement c'est mauvais. Mais toi, qui écoutes sagement derrière ton bureau les plaintes des gens, songe que ton cerveau se racornit petit à petit tout au long de la journée. Ta bouche devient sèche, tes gestes saccadés, ta réflexion tronquée. Bref, tu fais du mauvais travail. En conclusion, ne pas boire durant tes horaires de travail et faire 3 gouttes de pipi tout marron qui sent mauvais en arrivant chez toi, c'est pas bien; ça résout le problème n°2, mais ça t'empêche de faire du bon travail.
Un médecin sec n'est pas un bon médecin !!

2. La sérénité abdominale
Parce que tu donnes mille fois par an ce conseil aux constipés ou aux récidivistes des infections urinaires : "quand faut y aller, faut pas retarder !!!" Les sacro-saintes "règles hygiéno-diététiques" des cas cliniques, c'est relativement simple à résumer : se prévoir suffisamment de temps pour faire pipi (ou caca) quand tu en as envie. As-tu déjà essayé de faire un sudoku en ayant très envie de faire pipi ? Ben la médecine, c'est plus compliqué,et en plus faut écouter attentivement. Donc, en stage à l'hôpital, pause pipi entre les chambres 108 et 109, ou entre deux arrêts cardiaques si tu es aux urgences. Et au cabinet, une plage de RV vide de temps en temps. Et si t'as pas envie d'aller aux toilettes, tu trouveras bien un coup de fil à donner au médecin conseil de la sécu.
Un médecin à vessie pleine n'est pas un bon médecin !!

3. Les yeux ouverts en grand
Parce que enchaîner les gardes de 24 h aux urgences ou faire le cow-boy au samu, c'est chouette mais un peu usant à la longue... Dormir le temps qu'il faut, voilà la solution. Et prévoir un RV vide à l'heure de la sieste pour comater un moment si tu en as besoin. La nature est injuste, y'a des gros dormeurs et des petits dormeurs, des siestards et des nerveux, peu importe, le tout c'est de se réveiller sans avoir déjà sommeil. Et si en plus, tu ne respecte pas le point n° 1, tu as très soif en rentrant chez toi, tu bois 2 litres d'eau avant de te coucher, et tu te lèves 3 fois dans la nuit pour faire pipi (point n°2) ce qui perturbe le point n°3. Donc tout se tient, pas de secret, CQFD et tutti quanti...
Un médecin qui a sommeil n'est pas un bon médecin !!

4. La corpitude
Parce que mon premier cours de sémio commençait par un vieux prof opaque qui s'est mis à écrire en silence au tableau ces signes cabalistiques : Ψ S M... Un psyché, dans un soma, dans son milieu. Donc le soma, le corps, faut s'en occuper aussi, et c'est celui des trois qu'on oublie le plus. C'est bien de réfléchir, d'apprendre plein de choses, d'être intellectuellement brillant(e), mais faut aussi ressentir que tu as des muscles, de la peau, un peu de gras éventuellement. Donc faut s'en occuper. Certains feront 3h de squash et un marathon, d'autre du spa, de la thalasso ou du hammam, d'autre encore de la sophrologie et des massages. A toi le choix des armes. Parce que devenir un chamallow fondu sur un fauteuil, c'est jamais génial pour accepter qu'un autre en face de toi puisse souffrir de son corps.
Un médecin désincarné n'est pas un bon médecin !!

Nota : à l'inverse, le patient te parlera en général au départ surtout du soma, et pas des 2 autres points. Chez lui, ce sera ces choses là qu'il faudra explorer !

5. La curiosité
Parce que les patients ont une vie en dehors du cabinet. Ils lisent Proust, regardent des conneries à la télé et naviguent sur facebook. Même les plus incultes connaissent mieux que toi les nouvelles vu que eux sont à l'heure devant le journal de 20h dont tu arrives rarement à voir la fin après ta journée de travail. Donc prendre le temps de lire, rêver, créer, peindre, sculpter, écrire, voyager, bricoler, aller à Casto ou faire ses courses au marché, en respirant chaque tomate et chaque senteur. Trouver un copain libraire pour avoir des livres à l'œil au moment de la rentrée littéraire (mon rêve !!). Se poser des questions sur la vie, c'est aussi remettre en question ton apprentissage, ta pratique ou tes relations avec tes patients.
Un médecin qui n'est que médecin n'est pas un bon médecin !!

6. La sensualité (ou mieux : la sensitivité)
Parce que respirer les tomates, au marché, ça ouvre l'appétit de vie. Donc ose ressentir la vie autour de toi (c'est beau, comme phrase, on dirait presque du Walt Disney !!). Accepter les saveurs, goûter les parfums, oser épicer les petits instants. Pourquoi ne pas rajouter quelques pâquerettes ou des capucines dans la salade (super bon !!) ? Pourquoi ne pas se remettre à la guitare ? Ou inviter ce pote qui sait si bien en jouer ? Ouvrir une bonne bouteille ? Avoir une vie sexuelle relativement satisfaisante ? Prendre son amoureux par la main ? Ou inviter une inconnue à regarder le vent souffler ? Faire des bulles de savon ? Colorier des mandalas ? Toucher des tissus, des objets, du bois.... Mettre son oreille contre l'écorce d'un arbre un jour de tempête pour l'écouter te raconter son histoire ? Regarder des chatons ? Si tu peux écouter un arbre qui craque, tu dois pouvoir aussi prêter attention à un patient qui craque...
Un médecin anesthésié n'est pas un bon médecin !!

Tout le reste : P1, ECN, stages, examens, tout le monde peut le faire :-), il suffit d'apprendre, non ? Mais tout ces points sus-cités différencieront le bon technicien en santé du bon médecin. Bref, je pense qu'il y a beaucoup d'autres points indispensables à la pratique médicale, mais ce n'est pas le rôle d'un blog de faire des articles de 15 km de long. Donc un jour j'écrirai un livre que j'irai distribuer à la sortie des amphis, ça flattera mon côté "donneur de leçons".

Pour la pétition pour inclure ces aphorismes vitaux dans l'enseignement médical, laissez un commentaire :-)

Et prenez soin de vous.


10 commentaires:

ambre a dit…

tiens... ça marche aussi pour les sages-femmes, surtout le début. parce que j'ai déjà suggéré qu'on bosse avec une perf et une sonde urinaire (et des patins à roulettes). parce que c'est en rentrant chez moi après la garde que je me rend compte que j'ai soif et envie d'aller aux toilettes. pourquoi est-ce qu'on oublie notre corps quand on bosse???

Anonyme a dit…

Il faudrait développer le passage sur les "3 gouttes de pipi marron" ;-/

L'Apprenti Docteur a dit…

Très bon article, et je me retrouve bien là-dedans. Combien de fois je me plains de mes "collègues" externes qui sont enfermés dans leurs bouquins, leurs cours, leurs confs, leurs stages, sans regarder ce qui se passe autour d'eux ?
J'attends avec impatience ton livre, j'espère avoir droit à une dédicace ;-)

Gélule a dit…

O combien d'accord avec tout ce qui est cité au-dessus! En ce moment j'ai trouvé : même en cas de journée ultra-blindée, à midi c'est sandwitch mais sandwitch devant le fleuve sous un arbre.
Sinon, je plussoie Ambre (la sonde urinaire j'y ai déjà pensé) et te souhaite une bonne reprise!

docteursachs a dit…

J'adhère à 100%.
Je vote pour l'élection de Guillaume au poste de superviseur général des facultés de médecine.

Il a forcément plein de temps pour ça (hihi!).

Anonyme a dit…

Totalement d'accord. Merci pour ce post salutaire!

Guillaume a dit…

Yesss ! Merci de votre soutien ! J'ai pris rendez-vous avec le doyen... Suis sûr que ça va marcher :-)

Chantal a dit…

En premier votre plume m'a fait bien rire, au moins une chose de positif aujourd'hui.
En second, en tant que patiente, pour garder un bon médecin en bonne santé, j'attends bien volontairement 5 ou 10 minutes de plus afin qu'il (ou elle) a une bonne digestion.

Bonne soirée

Anonyme a dit…

Hé tu veux pas être mon doyen ??? :)

toubiblog a dit…

Hé, je suis tombé sur ton blog (en venant de l'incontournable Jaddo) et cet article me laisse penser qu'on fait partie du même club, celui de ceux qui n'ont PAS fait médecine pour devenir riche ou puissant...

+1 pour la sensualité ;-)