mardi 20 janvier 2009

A la chasse aux papillons


J'ai reçu récemment une externe de D4 toute stressée, envoyée par sa môman. Elle sentait qu'elle avait envie de choisir, après l'ENC, la médecine générale, mais, n'ayant pas eu beaucoup de contact à la fac avec cette spécialité, avait peur de s'ennuyer en ne voyant "que des rhinos, des vaccins et des grippes".

Cela fait bientôt 10 mois que j'ai débuté mon activité. J'ai créé ce cabinet, donc sans aucune reprise de "patientèle" existante. Lors de cette discussion, j'ai fait une petite liste des pathologies "peu courantes" que j'ai été amené à diagnostiquer ou à traiter. Je n'aime pas trop cet aspect "tableau de chasse", il n'y a pas de gloire à étaler les maladies des gens. Mais cela est assez caractéristique de la variété des situations rencontrées, et cela peut être instructif en cas de questionnement sur une éventuelle vocation...

Donc au menu de ces 9 derniers mois, j'ai eu la surprise de découvrir...

- 1 embolie pulmonaire
- 1 cancer du col de l'utérus
- 1 sarcome rare sur un bras (la dame va bien, ablation chirurgicale complète, pas besoin de chimio ni de radiothérapie)
- 1 accès de fibrillation auriculaire 
- 2 blocs de branche complet gauche
- 1 AVC (aphasique et hémiplégique pendant 2 mois, le monsieur a quasiment tout récupéré : kiné orthophonie etc...)
- 3 pneumopathies franches lobaires aiguës
- 1 allergie au lait de vache, 1 allergie au lait de chèvre
- 1 décompensation psychotique chez un jeune de 20 ans (tenu à bout de bras pendant 2 mois avant qu'il n'accepte une hospitalisation. C'était chaud.)
- 1 tuberculose
- 1 hépatite C
- 1 cholecystite aiguë

mais aussi de bonnes nouvelles :
- 2 naissances (non, pas au cabinet... en fait c'est le suivi des fins de grossesse et surtout des bébés directement sans passer par la case pédiatre).
- 3 grossesses en cours de suivi

Et puis les vagues successives de viroses ORL ou digestives, les consultations d'information avant de partir en voyage à l'autre bout du monde, de l'écoute, les hémorroïdes, les boutonites aiguës, bronchiolites, RGO, les sutures, les strappings, les larmes, les enfants otages des angoisses de leurs parents, les dépressions, les ras-le-bol du boulot/famille/enfants/conjoint/copain/fiancée... , les rappels de vaccinations, le test de grossesse positif ou l'amour retrouvé après tant de mois d'attente, la solitude ou le manque de solitude, les rires, les verrues plantaires, les bisoux baveux des enfants qui ont même pas eu peur...

Bref, médecin généraliste, ça n'est pas juste "les rhinos, les vaccins et les grippes", même si c'est l'image qui peut être donnée par certains universitaires ou hospitaliers....


6 commentaires:

Cess a dit…

C'est vrai que malheureusement les hospitaliers nous donnent cette image de la médecine générale... Pourtant c'est tellement riche.

je suis en D4, j'aimerais faire de la médecine générale, mais ma maman préfèrerait que je fasse une spécialité parce que c'est mieux...

Pfff ! les mères !

Cess a dit…

C'est vrai que malheureusement les hospitaliers nous donnent cette image de la médecine générale... Pourtant c'est tellement riche.

je suis en D4, j'aimerais faire de la médecine générale, mais ma maman préfèrerait que je fasse une spécialité parce que c'est mieux...

Pfff ! les mères !

Docmarie a dit…

Il faut le crier haut et fort, il faut faire passer le message...
Quelle magnifique spécialité, que la médecine générale ! Probablement la plus difficile car la plus complète...
Je débute à peine dans cette voie, mais quel plaisir de lire des mots comme celui-ci... il me conforte encore plus dans mon choix !

TITI a dit…

Désolée de casser l'ambiance...
OUI OUI ET REOUI, c'est probablement l'un des plus beaux métiers du monde...Mais il faut se lancer en ayant bien à l'esprit certains fondamentaux: c'est un métier qui est malheureusement énormémént dévalorisé...
Par la majorité des patients eux memes, par les différentes administrations , par les collègues spécialistes, par les décideurs: au point ou à un moment, ça peut sérieusement refroidir, si t'y passes la majeure partie de ton temps...

parole de remplaçante qui avait la foi, et qui est un peu en pause actuellement pour faire le point sur son métier ...

Guillaume a dit…

C'est vrai. C'est un métier à rêver, à vivre un peu innocent, dans l'utopie d'une image fantasmée du médecin généraliste...
Malheureusement le monde autour n'est pas tendre avec les utopistes. Alors ce n'est pas facile de faire ce deuil.
Il faut se rendre alors compte que, même génialissime, ce n'est qu'un métier. Pas un mode de vie. Faire une pause, reconstruire sa propre manière d'intégrer ce métier dans sa vraie vie, je pense que c'est nécessaire de le faire régulièrement.
Bon courage.

Khelliana a dit…

Et surtout, un médecin généraliste, c'est un médecin accessible, qui nous connait. C'est un médecin à qui on peut dévoiler nos angoisses, qui se cachent bien souvent derrière des maux de dos ou des migraines.
Tout simplement, un médecin qui est là et qui est à l'écoute. Pour moi, c'est surtout ça un médecin généraliste ^^